Entreprises centenaires - Association AINF
Améliorer les conditions de travail
 
accueil ->  entreprises centenaires

Devenir membre (en ligne)          I        Téléchargements           I        Nous contacter           I        Plan du site         I          Informations légales
Association INterprofessionnelle de France pour la prévention des risques et la promotion de la sécurité et de la santé au travail
Association AINF - 11 avenue Pierre et Marie Curie - Synergie Park - 59260 LEZENNES
tel : + 33 (0)3 20 16 92 05 -fax : + 33 (0)3 20 16 92 09 - accueil@association-ainf.com

 

1 - Histoires d'entreprises centenaires
de la Région Nord - Pas de Calais (jusqu'en 1992)

Extrait de l'ouvrage rédigé et publié en 1992,
en partenariat avec la Gazette du Nord, Pas de Calais
et l'Ecole supérieure de Commerce de Lille,
qui fétait son centenaire.

La naissance d'AINF doit être reliée à un certain nombre d'événement économiques, politiques et sociaux des années 1870.

En premier lieu, à cette époque, se créent les Apave (Association des Propriétaires d'Appareils à Vapeur) pour aider les industriels à maintenir en bon état leur source d'énergie, la machine à vapeur qui, à l'époque entraînait, par tout un systéme de poulies et de courroies, les machines d'un atelier.

La plus ancienne association est alsacienne en 1867. A l'annexion allemande nombre d'Alsaciens, dont certains membres de l'APAVE refusent la tutelle nouvelle et se réfugient en divers endroits de France où ils participent à la création d'autres Apave. Une petite dizaine de telles associations se créent, toutes avec le même objet d'aider les industriels à bien utiliser, entretenir et conduire leur chaufferie dans une optique d'efficacité de production.

L'Apave sera aussi l'occasion pour les principaux industriels de toute une région de débattre de problèmes communs et facilitera grandement la constitution d'autres associations d'industriels telles que l'AINF.

Une généation plus tard, une finalité nouvelle d'associations d'industriels apparaît avec les problèmes de securité des travailleurs.

En 1884, se crée l'Association des industriels de France dont l'objet est de faire prendre conscience des problèmes de sécurité sur les lieux de production et de diffuser les moyens de prévention et de réduction des accidents. Elle a bientét des adhérents sur l'ensemble du territoire. dont le Nord, où s'y constitue un comité de patronage de l'AIF présidé par Mr Bigo. Le groupe Nord comprend en 1892 environ 150 industriels.

En 1891, paraét l'encyclique Rerum Novarum

En 1892, l'Inspection du travail est créée en France.

Le mouvement d'Aides Sociales du Patronat nordiste s'y développe fortement. Nombre d'industriels membres du groupe Nord de l'AIF seront imprégnés de ce mouvement social et développeront une philosophie d'action se différenciant progressivement de celles de l'Association Nationale. Ils considérent aussi qu'ils ont des problèmes spécifiques à résoudre et, last but not least, leur autonomie financière pourrait être facilement trouvée puisque le Nord produit 15.000 francs de cotisations pour des dépenses évaluées à 11.000 francs (pour obtenir les valeurs actuelles en nouveaux francs, il faut multiplier ces chiffres environ par 10).

Le 20 décembre 1893, le Groupe Nord se réunit pour nommer et pour examiner, s'il y a lieu, des modifications aux relations entre lui-même et l'Administration centrale de l'AIF Paris. Mr Nicolle-Verstraetg en est nommé président, les membres en sont Louis Cordonnier, Maurice Barrois, A. Dujardin, Albert Gouvion, R. Vilain et Paul See.

La réunion généale du Groupe Nord, le 17 janvier 1894 s'entend réclamer l'ajournement de toute délibération par lettre du président National comme non conforme aux statuts.

Remplaçant le président Bigo, qui se retire, Nicolle transmet les conclusions de la commission :

  • Intérét capital à réunir les adhérents de la région du Nord en un groupe autonome, en conservant un lien avec lAIF considérée comme société centrale.
  • développer les missions de prévention et d'aide aux industriels en les adaptant aux spécificités des industries du Nord
  • Considérer que l'autonomie financière peut être aisément obtenue.

L'Assembl'e approuve les conclusions du rapport à l'unanimité des 109 présents. S'abstiennent M. Arquembourg (Inspecteur de l'AIF) e tM. Letombe secrétaire de la Société Industrielle.

Une commission de 15 membres élaborera les statuts et proposera I'Assembl'e généale constitutive. A. Ireland la présidera.

Le 14 mars se constitue à l'unanimité des 56 industriels présents l'Association des Industriels du Nord de la France contre les accidents.

Les buts déterminés dans l'article 1er sont clairs quant à leur objet:

  • Prévenir les accidents qui peuvent frapper les ouvriers dans leurs travaux:
  • Rechercher les moyens les plus efficaces de préservation. en rassemblant les expériences faites par chacun deux et en les mettant à profit dans l'intérét de tous, et ce:
    • par des inspections fréquentes;
    • par la communication des moyens les plus propres à garantir l'ouvrier;
    • par l'indication des meilleures dispositions réglementaires à adopter;
    • par des publications qui pourront comprendre des articles relatifs à la jurisprudence spéciale en la matière. Son action s'exerce principalement sur Ies trois départements du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme.

Le siège est établi dans les bureaux de la Société Industrielle 116. rue de l'Hôpital Militaire à Lille.

Les cotisations annuelles varient de 10 francs pour une entreprise de 10 s à 300 francs pour 1.000 salaries.

Le président est Alfred Ireland, Nicolle-Verstraerg est Vice-président et Maurice Barrois secrétaire généal.

Dés 1894, l'Association comprendra 203 établissements (262 en 1895). Elle inspecteta 225 établissements employant 55.000 ouvriers et ouvrières.

L'Association compte alors 47 entreprises lilloises, 47 entreprises roubaisiennes et tourquennoises. 41 des autres communes de l'arrondissement de Lille, 35 de l'arrondissement d'Avesnes, 15 de l'arrondissement de Cambrai, 10 de l'arrondissement de Douai, 5 de celui de Dunkerque, 17 de Valenciennes, 11 pour le Pas-de-Calais et 34 pour la Somme.

En 1896. l'Association regroupera 307 entreprises et inspectera 323 établissements employant 84.000 ouvriers environ. L'Association demandera, en même temps, que soit pris le décret du 10 mars 1894 relatif aux mesures de sécurité et d'hygiène dans les établissements industriels dont elle diffuse les régles.

Elle négocie immédiatement avec le Ministére du Commerce une reconnaissance officielle des services qu'elle rend à l'oeuvre de la protection du travail : demande couronnée de succés puisque l'Association est déclarée d'utilité publique dés 1897. Elle participe aussi au 3e congrès International des Accidents du Travail et des Assurances Sociales à Milan en Octobre.

La rencontre à Milan du président de l'AIF permettra de dissiper les malentendus de la Cenése de l'AINF.

Alfred Ireland aura eu un rôle décisif peu de temps avant sa mort le 25 décembre 1896, pour le lancement de l'AINF. Il est le fils d'Alfred Ireland, filateur de lin Ecossais.

J. Lambert-Dansette présente ainsi en 1954 la constitution et l'évolution de l'entreprise:

"En 1840, l'Ecossais, Alexandre Ireland, était venu en France avec du matériel et des ouvriers de son pays et avait fondé une filature de lin à Wambrechies (Nord). Il mourut en 1862. Son fils, Alexandre Ireland semble s"être associé en 1862 avec son frère James dans la filature actuelle de la rue Victor Hugo à Houplines, qui faisait travailler des ouvriers écossais. Alexandre Ireland décédera en 1896. Henrv Ireland, son fils, prendra alors la direction de l'ntreprise qui adoptera la raison sociale "Henry Ireland et Cie". Il décédera en 1942.

Son gendre Paul Damour, ancien officier de Marine est alors (1952) à la téte de l'entreprise...

En 1887, Ireland Frères occupait 4.700 broches (l'une des plus importantes d'Armentières).

Alfred lreland fut avec son frère un des premiers importateurs de lin. Il participera aussi activement à la création en 1873 de l'Association des Propriétaires d'Appareils à Vapeur du Nord, l'APAVE, qu'il présidera également.

Cette expérience lui sera utile pour assurer la présidence un moment décisif et difficile de la constitution de l'AINF.

L'utilité de l'AINF est facile à démontrer quand on sait que l'industrie déplore en 1895, 233 accidents dont 25 morts et 65 autres "caractères de gravité".

Elle les qualifie ainsi

1) Accidents imputables à la faute du patron:

    • organisation défectueuse du travail : 0
    • absence d'appareils protecteurs : 6
    • précautions insuffisantes: 12

2) Accidents imputables à la faute de l'ouvrier

    • maladresse: 23
    • négligence: 5
    • imprudence: 34
    • déplacement volontaire des appareils protecteurs: 3
    • infraction au réglement: 14
    • ivresse: 1

Par nature d'industrie, ils se répartissent de la façon suivante :

    • filatures de coton: 36
    • filatures de laine : 92
    • filatures de lin : 24
    • peignages de laine : 21
    • tissages : 10
    • teinture : 9
    • forges et aciéries : 30
    • construction mécanique : 21
    • chaudronnerie : 2
    • fonderie : 18
    • produits chimiques : 25
    • sucrerie : 6
    • papeterie : 4
    • industries diverses : 4

Avec la loi de 1901. l'AINF prendra le statut d'Association.

L'AINF décerne des prix aux entrepreneurs qui ont eu une action remarquable en matière de prévention d'accidents.

Ainsi, en 1896. sont récompensés dirigeants des entreprises suivantes:

Levainville et Cie Lille. aille de Vermeil
Viarme-Frings et Cie, aille d'Argent
Delebart-Mallet Hellemmes, aille d'Argent
Weil Hector Marly-lez-Valenciennes, aille de Bronze
Ireland et Frères Houplines. aille de Bronze
Fabrique de fer de Maubeuge à Louvroil, aille de Bronze
Nicolle-Verstraetg Lomme, aille de Bronze
Dehesdin et Doutre Caudry, aille d'Argent
Motte et Cie Roubaix. aille de Vermeil
Filature de Laine SA Roubaix. aille d'Argent
Dansette Frères Armentieres, aille d'Argent
Bernard Flipo Tourcoing. aille d'Argent
Escaut et Meuse Anzin, aille de Bronze
Desurmont E et A Seclin, aille de Bronze
Cadart Tulle Calais, aille de Bronze

Henry Dupuy, ingénieur de l'Ecole Centrale après un début de carriere chez un constructeur de Pompes et dans une entreprise diversifiée de la fabrication de meubles à celle d'appareils automatiques, entre à l'AINF en 1961 et en devient Directeur généal en 1962.

A cette époque l'AINF compte une centaine de personnes : son activité était essentiellement axée sur l'aspect réglementaire des appareils de levage et des installations électriques ainsi que celui de la prévention généale. Il y trouve une association un peu vieillotte selon les termes de l'AINF, mais qui compte néanmoins une centaine de membres. Il portera les effectifs à 500 personnes.

L'industrie française était alors en pleine période d'expansion et d'investissement. Aussi Henri Dupuy s'attachera-t-il à poursuivre le développement des actions de l'AINF dans cette conjoncture. Sa première action fut de préconiser aux adhérents l'intégration de la sécurité dés la conception d'une usine nouvelle ou la commande d'un matériel nouveau. Ceci contribua au développement rapide des services Levage etélectrique.

Au fil des années l'AINF se diversifie:

prévention incendie,
prévention de rayonnements ionisants,
contrôle des appareils à pression de gaz et de vapeur,
contrôles de qualité,
contrôle de construction,
installations électriques,
bureau d'études.

L'AINF se penche aussi, au-delà des aspects techniques de la prévention sur sa dimension psychologique :

Sélection du personnel, ergonomie. formation à la sécurité. Il embauche des psychologues: mais leur culture se mariera difficilement avec la culture des ingénieurs.


L'organisation est établie par département (prévention généale, serviceélectrique, levage, service incendie, service psychologie)

Les activités les plus importantes concernent progressivement la sidérurgie et les usines et ensuite l'automobile.

L'extension en dehors de la région Nord se fera dans un premier temps pour accompagner une clientéle localisée aussi à l'extérieur : Metz, Quand les sidérurgistes, selon leur expression descendent dans le sud, à Fos, ils demandent à l'AINF de les suivre en 1971. Progressivement l'AINF couvrira tout le territoire national et sera partout en concurrence avec les grandes sociétés de contrôle et de prévention : l'APAVE, Véritas, Socotec et son ancienne maison mère l'AIF.

Au début des années 1970, comme l'AINF couvre l'essentiel du territoire national, la déclinaison du sigle AINF est modifiée : AINF, Association des Industriels du Nord de la France, devient Association Interprofessionnelle de France. En 1969, l'AINF est transférée de la rue Jeanne d'Arc à Lille, ou elle s'était installé entre-temps, à Seclin lieu du siège et des services centraux actuels.

La loi Spinetta de 1978 interdit à la fois d"être concepteur, installateur et vérificateur.

L'AINF avait installé un bureau d'études prospére, nombre de clients considérant, que si l'AINF était qualifiée pour le contrôle des installations, elle devaitêtre capable d'effectuer elle-même des installations trés conformes, La loi Spinetta appliquée, l'AINF arréte son bureau d'Etudes et son service d'Installation. Elle se recentrera sur le contrôle des études et des installations et sur la prévention. En 1981, Henri Dupuy quitte l'AINF, mission bien remplie: François Renosi, le remplace.

désormais l'AINF couvre tout le territoire national avec :

une Direction régionale Nord à Templemars et des bureaux à Dunkerque etValenciennes,

une Direction régionale Paris-Ouest à Créteil, avec bureaux au Havre, à Nantes, au Val de Reuil, à Cergy Pontoise et Chantepie.

une Direction régionale Est, avec bureaux à Montpellier, Toulouse, Lyon, Nice, Villeurbanne.

-------------------------------------------------------------------------------------- Suite (de 1992 à nos jours)

 

AINF : histoire d'entreprises centenaires - 1/2
Des origines à 1992